En 2005, 29 présidents d’universités de 23 pays signent la Déclaration de Talloires sur les rôles civiques et les responsabilités sociales de l’enseignement supérieur selon laquelle « il est du devoir des universités de promouvoir dans les facultés, ainsi qu’auprès du personnel et des étudiants, un sens de responsabilité sociale et un engagement au bien dans la société, qui, pensons-nous, est incontournable pour le succès d’une société démocratique et juste. Elle prône, en parallèle, l’ouverture aux parties prenantes, notamment par l’adoption d’une gouvernance partenariale qui, non seulement œuvre à satisfaire les besoins des étudiants, des chercheurs, du personnel et de la société civile à travers les différentes activités formatives, scientifiques, culturelles, sociales et environnementales, mais crée également des canaux d’information, d’expression et de communication internes et externes. Notre monde est aujourd’hui et plus que jamais menacé. Le régime français de la gouvernance d’entreprise – « corporate governance» – navigue entre dispositions de source législative et autorégulation, entre hard law et soft law. Le rôle de l’université. Si nous continuons à exploiter de la  manière actuelle ses richesses premières que sont la forêt et l’eau, nous nous exposons à de graves catastrophes qui sont non seulement géophysiques et écologiques (désertification, érosion, réchauffement de la planète, etc), mais encore sociales et politiques. L’enseignement supérieur, en tant qu’instance de formation, de recherche et de service, peut et doit aider à construire de nouvelles solidarités d’abord au plan national, ensuite aux plans régional et mondial. De la gouvernance des universités : ... Quelles sont les conséquences pour la société du savoir ? La question qui se pose maintenant est le passage de la théorie à la concrétisation de la RSU. Sur toutes ces questions d’ailleurs, une évaluation scientifique reste à faire. Dix universités, écoles et institut forment le réseau de l’Université du Québec. Mes centres d’intérêts sont le renforcement de la coordination entre les grandes orientations du SMSI et des ODD ; les villes intelligentes et connectées dans lesquelles les personnes vivant avec un handicap (PVH) seront bien incluses grâce au numérique et l’appel aux investissements qui permettent le déploiement aujourd’hui des réseaux indispensables pour demain.Je crois au réveil de l'Afrique par le travail en y associant l'espérance, la foi et l'Amour. Les principes de cette responsabilité sociale reposent sur les concepts de « contrat social » entre l’université et la société, du rôle citoyen de l’université et de la diffusion de la culture de l’éthique à l’université. Entre ce que la loi permet et l’usage qu’il en est fait par les acteurs universitaires, il existe un décalage. Les sciences humaines et sociales reçoivent en moyenne 42 % des effectifs, et moins du quatre sont inscrits dans les filières scientifiques. L’université a pour missions de faire bénéficier la société des résultats de ses recherches, de son savoir-faire et de ses ressources, de pourvoir l’ensemble des secteurs en cadres qualifiés, compétents et aptes à participer au développement économique. Pour atteindre ces objectifs, les universités s’interrogent sur ce qu’elles font « en tant que sociétés » (vision interne) et sur ce qu’elles font « vis-à-vis de la société » (vision externe)2. Ou encore, quelle gouvernance universitaire pour quel développement sociétal ? Dans quelle mesure la RSU, telle que présentée, peut-elle être consolidée par la révision engagée de ladite loi ? Elle a accompagné le processus de la réforme du système éducatif engagé depuis plus d’une décennie maintenant. L’université n’est donc plus seulement perçue comme une organisation consommatrice de ressources mais, à l’instar de l’entreprise, comme une organisation créatrice de richesses sociétales. Si nous continuons à exploiter de la manière actuelle ses richesses premières que sont la forêt et l’eau, nous nous exposons à de graves catastrophes qui sont non seulement géophysiques et écologiques (désertification, érosion, réchauffement de la planète, etc), mais encore sociales et politiques. « contrat social » entre l’université et la société, A propos des rôles civiques et les responsabilités sociales de l’enseignement supérieur, L’université comme source de valeur sociétale, Dynamiques des Organisations et Complexité, Colloques, Journées d'études et Séminaires, http://www.u-paris10.fr/l-universite/innovation-sociale-553004.kjsp, http://talloiresnetwork.tufts.edu/wp-content/uploads/DeclarationinFrench20081120123625.pdf, Pour une responsabilité sociétale des universités. Pour cela, l’université est tenue de préparer les jeunes à la vie active et productive en leur faisant acquérir les compétences facilitant leur insertion dans le marché du travail. Entre ce que les acteurs désirent faire et ce qu’ils font réellement, il existe toujours une distance. Les réformes des systèmes de gouvernance dans l’enseignement supérieur au Maroc. Nos sociétés sont en effet aujourd’hui confrontées à de nombreux défis démographiques, défis économiques, défis culturels et linguistiques, aussi, défis éthiques et politiques. Dans l’espace francophone, et particulièrement en Afrique avec les indépendances, il s’est créé plusieurs universités sur le modèle français pour la plupart. Elle a également la possibilité de renforcer ses activités entrepreneuriales (par des prises de participations dans des entreprises publiques et privées ou par la création de filiales ayant pour objet la production, la valorisation et la commercialisation de biens ou services dans les domaines économique, scientifique, technologique et culturel). Allant plus loin encore, la loi 01-00 dote l’université de la personnalité morale, lui accorde une grande autonomie (financière, administrative, pédagogique, culturelle et scientifique) et la transforme potentiellement d’une administration publique en « une entreprise publique responsable, comptable des deniers publics et avec des objectifs et des obligations de résultats »5. 475, rue du ParvisQuébec (Québec) G1K 9H7Canada, Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –, Des études universitaires à la portée de tous, Faire une demande d'admission : un processus simple, Des services qui répondent aux besoins des étudiants, Informations pour les étudiants canadiens (hors Québec) et étrangers, Enrichir ses compétences à la maîtrise et au doctorat, Des créneaux d’excellence en formation et en recherche, Répertoire des revues de recherche et de création de l’Université du Québec, Brochures "L'Université du Québec en quelques chiffres", Feuillets sur l'excellence en formation et en recherche, Bulletins en collaboration avec Québec Science, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Institut national de la recherche scientifique (INRS), École nationale d'administration publique (ENAP). 2. Cette ouverture sur les parties prenantes n’est pas seulement souhaitable, mais rendue obligatoire en vertu de la loi 01-00 qui fait de l’université un établissement ouvert sur son environnement économique et social par le biais d’ancrage partenarial. Quelles que soient les autres tâches qui lui sont confiées, il relève de son principe même de chercher de nouvelles connaiss ances, de les soumet tre à la critique, les valider, les Plusieurs, de nos théories économiques, nos méthodes scientifiques, notre conception de l’université, nos modèles de démocratie, nos institutions sont héritées d’un monde aujourd’hui disparu. L’université est également tenue de mettre en œuvre un certain nombre d’actions visant à améliorer la pertinence et la valeur de sa formation à travers notamment : la restructuration de son offre de formation (développement des filières professionnalisantes et réduction des filières présentant peu de perspectives de débouchés) ; le suivi de l’insertion des diplômés ; la mise en place d’un observatoire de l’emploi pour anticiper les attentes du marché en qualification et analyser les tendances des besoins en formation tout en proposant des formations continues diplômantes et certifiantes. En somme, elles visent à participer au développement local, à rendre l’accès à la connaissance une réalité pour tous, à défendre les valeurs universelles et à promouvoir la culture du respect de l’environnement tout en suscitant l’engagement solidaire de la communauté universitaire, des étudiants et des personnels dans des actions citoyennes en faveur des territoires. Elle ouvre ses instances de gouvernance et favorise la culture de débat, de la concertation et de la participation de toutes les parties prenantes à la gestion de l’établissement. Cette responsabilité mène à l’adoption d’un code de conduite transparent et éthique, au rejet de toutes les pratiques contraires à l’éthique (corruption, fraude, discriminations, exclusions…) et à l’engagement en faveur de la qualité, de la transparence, de l’auto-évaluation. Cliquez sur les liens suivants pour accéder à la page d'accueil de leurs sites Internet : Pour découvrir les établissements du réseau en image : Visites virtuelles des établissements. De nombreux travaux scientifiques ayant eu pour axe les universités et leurs liens avec l’économie et l’environnement, notre communication soulèvera la question « de la participation des universités dans la formation du citoyen au changement des modes de production et des pratiques de consommation pour le développement durable, au titre de son engagement citoyen et humaniste ». À partir de là, dans quelle mesure serions-nous prêts à accepter d’assimiler l’université à une entreprise ? Peut-on transposer la notion de « responsabilité sociale des entreprises » au monde universitaire ? La Responsabilité sociale de l’université (RSU). « A l’origine, les dispositifs d’enseignement supérieur dans la plupart des pays francophones d’Afrique ont été conçus pour former les cadres destinés à diriger le pays nouvellement indépendants. Pour conclure, la responsabilité sociale de l’université n’est pas un but à atteindre mais un processus ouvert qui pousse l’université à s’interroger continuellement sur la manière d’établir le lien entre ses différentes activités, les besoins de ses parties prenantes et les impératifs du développement durable. Passez votre curseur sur les différentes régions pour en savoir davantage et cliquez pour visiter le site de l'établissement. A côté de l’Université classique on assiste à la naissance d’un secteur privé de l’enseignement supérieur qui évoluera. Quelles sont les mesures d’accompagnement et les mécanismes de contrôle et d’évaluation nécessaires à la mise en œuvre de la loi rénovée ? Mohammed Adil El Ouazzani est professeur à HEM et chercheur à Economia, HEM Research Center. Notre monde est aujourd’hui et plus que jamais menacé. En effet, elle cite la norme ISO 26000 (cadre de référence de la responsabilité sociétale des entreprises) qui préconise de définir le périmètre pertinent de sa responsabilité sociale, d’identifier ses parties prenantes, de mesurer les impacts de l’université, d’en rendre compte et d’engager un dialogue sur leurs attentes. Dans un désir de diversifier les voies d’accès à l’enseignement supérieur, les Etats l’ont permis afin de réduire la pression démographique à l’entrée de l’université classique et de promouvoir les formations professionnelles courtes. Et dans ce cas, peut-on transposer la notion de « responsabilité sociale des entreprises » au monde universitaire ? Il scolarise aujourd’hui un cinquième des étudiants sur le continent. L’université, au-delà de sa mission première (la diffusion du savoir), doit jouer un rôle éthique et être un moteur de développement pour sa région. Rapport UNESCO, IIEP/Prg.MM/SEM331. Concours, concours: 2e édition du Concours régional « Regards Croisés » 2013, AfriNIC, le Registre Internet Africain chargé des adresses IP, Des hommes qui exercent un « métier féminin », Inauguration du siège d’Air Cemac à Brazzaville. Nous avons plutôt l’obligation absolue d’écouter, de comprendre et de contribuer à la transformation et au développement social »4. Rappelons qu’une partie prenante est une personne ou une entité susceptible d’impacter ou d’être affectée par les politiques et les activités de l’organisation publique, ou qui considère être concernée par l’activité de l’organisation et le service public attendu (Guide du dialogue avec les parties prenantes). Plusieurs universités internationales semblent être déjà engagées dans une telle démarche. N’est-il pas alors logique de se demander : quelle gouvernance de l’université pour quelle valeur ajoutée ? Université Médicale Hanoi en 2009 par NTT Wikimedia (Communs). ... une évolution notable de fonctionnement des instances de gouvernance universitaire. 3. Université Senghor d’Alexandrie photo prise sur le site www.fr.wikipedia.org. Il s’agit, pour les établissements d’enseignement supérieur, des ONG, des associations, des communes, des départements sectoriels, des autorités territoriales, des entreprises et leurs représentants (CGEM, fondations…). Par ailleurs, le nombre important de rencontres scientifiques (colloques et séminaires), organisées notamment par les universités publiques et privées du royaume témoignent de l’adhésion des institutions de formation et de recherche aux principes majeurs de la gouvernance. La proposition de loi comporte quatre axes principaux. Dans tous les continents, on se trouve face à une population tout à la fois plus nombreuse, plus vieille et plus jeune, population qu’il faudra rendre plus participative et plus utile au développement. ». La RSU serait donc un engagement fort des acteurs internes pour l’éthique et le développement durable. Université Paris Ouest, Nanterre La Défense. Ces universités déclarent s’engager à intégrer les ingrédients du développement durable dans les enseignements, la recherche et dans les différentes activités économiques, sociales et culturelles. Aujourd’hui en revanche, la pratique de gouvernance s’est localisée géographiquement, c'est-à-dire que les universités d’Afrique de l’ouest ont quasiment les mêmes modes qui sont différents de ceux d’Afrique centrale, eux mêmes différents de ceux d’Afrique australe. Les établissements de l’Université du Québec vous permettent d'étudier aux quatre coins du Québec et dans près de 60 villes différentes! 5. Kouhlani, B., Ennaji, M. (2012, nov.). Et c’est ce rôle qui permettrait à l’université de constituer une source de valeur sociétale. Dans sa Déclaration mondiale sur l’enseignement supérieur (1998), l’UNESCO énonce que « l’enseignement supérieur et la recherche sont désormais des composantes essentielles du développement culturel, socio-économique et écologiquement viable des individus, des communautés et des nations ». Le premier vise à moderniser la gouvernance des ports français : le dialogue entre les acteurs de la place portuaire est insuffisant, au-delà de certaines exceptions territoriales. Étienne TSHISHIMBI est informaticien, titulaire d'un Master. Danis-Fatôme Anne (2014, sept.). Quelles en sont les spécificités, les forces et les faiblesses? Le Sénégal peut se targuer d’avoir un enseignement de qualité avec des équivalences de diplômes des universités étrangères les plus prestigieuses tant en France qu’aux États-Unis. ”LES GRANDES UNIVERSITÉS PUBLIQUES DU SÉNÉGAL” L’éducation au Sénégal est l’une des plus avancées sur le continent. Cliquez sur les liens suivants pour accéder à la page d'accueil de leurs sites Internet : Université du Québec à Montréal (UQAM)Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)Institut national de la recherche scientifique (INRS)Université du Québec Voir la définition de l’Observatoire de la Responsabilité des Universités créé en France. Plusieurs universités internationales semblent s’être inscrites dans une telle démarche. Après plusieurs années d’immobilisme aux alentours des années 1990, de nouvelles dispositions législatives permettent le croisement entre la formation continue et l’université. En vertu de ces principes structurants, l’université devrait inclure dans ses actions stratégiques l’intégration de toutes les préoccupations culturelles, sociales, économiques et environnementales à la fois au niveau de son fonctionnement interne et dans ses relations avec le monde du travail, les collectivités territoriales et les autres composantes de la société1. Plusieurs, de nos théories économiques, nos méthodes scientifiques, notre conception de l’université, nos modèles de démocratie, nos institutions sont héritées d’un monde aujourd’hui disparu. Le grand économiste Meynard Keynes avait écrit : « nos dirigeants politiques sont les esclaves d’économistes morts depuis longtemps et dont ils ne connaissent même pas le nom ».

.

Avoir Des Flash Divinatoire, Gelsemium 9ch Sommeil, Commune De Monaco, Syrinx Debussy Partition, Protocole Expérimental Anglais, Exercices Nombres Décimaux 6ème Pdf, Yeux Noir Naturel, Cabinas à Vendre Costa Rica, Programme Section Européenne Espagnol Seconde,